Ariane Aujoulat : Twitter et la narration patrimoniale

Photo Ariane AujoulatAriane Aujoulat est doctorante en histoire de l’art à l’école du Louvre et à l’Université Clermont Auvergne et travaille sur la statuaire mésopotamienne et surtout, elle est l’auteure d’histoires diffusées via twitter, sous la forme d’histoires dont vous êtes le héros.

L’objectif de cet entretien est de présenter la démarche de mise des technologies de communication au service de la médiation culturelle et, ici, patrimoniale. Sur l’exemple du Thread dont vous êtes le héros et à partir d’un entretien avec Ariane Aujoulat, nous vous proposons d’illustrer cet usage culturel et patrimonial d’une technologie de communication, d’en décrire la conception, d’en voir les limites et d’en évoquer les développements comparables et leurs caractéristiques ainsi que ceux pour ceux son auteure, projetés – ou non –.

ENTRETIEN

Bonjour Ariane,

  1. Peux-tu te présenter succinctement ? (sujet de recherche, laboratoires de rattachement, centres d’intérêt et loisirs et/ou usage des nouvelles technologies/réseaux socio-numériques)

Je suis doctorante en 3e année en Histoire de l’art en co-encadrement entre l’École du Louvre et l’Université Clermont Auvergne (au sein du C.H.E.C. : Centre d’Histoire Espaces et Cultures). Je suis notamment spécialisée dans l’étude des civilisations du Proche et du Moyen-Orient antiques et ma thèse porte sur le corps humain dans la statuaire mésopotamienne.

J’ai aussi une formation étendue en Histoire de l’art occidentale et en muséologie et j’évolue dans les milieux des musées et du patrimoine : je suis donc particulièrement sensible aux questions touchant la médiation culturelle.

Je me suis intéressée aux réseaux sociaux Twitter au premier chef parce que ce sont de formidables espaces de diffusion, de partage et d’échange lorsqu’ils sont utilisés à bon escient. Ma pratique de Twitter enrichit considérablement mon parcours de jeune chercheuse et j’y ai aussi fait de belles rencontres.

  1. Peux-tu décrire succinctement le principe de ce que tu publies sur Twitter sous le nom “Thread dont vous êtes le héros” ?

Je me suis inspirée des « livres dont vous êtes le héros » que je lisais quand j’étais petite : ces livres comportaient plusieurs paragraphes numérotés et, selon les choix que l’on faisait, il fallait aller à tel ou tel numéro, élaborant notre propre histoire au fur et à mesure de la lecture.

J’ai eu l’idée d’adapter ce principe à Twitter à partir de tweets comportant des liens vers d’autres tweets : la joueuse ou le joueur clique sur l’option qui lui plait le plus et voyage ainsi de tweet en tweet, découvrant à chaque fois un parcours différent. Le premier « Thread dont vous êtes le héros » avait pour thème un musée imaginaire, pensé à partir d’œuvres que j’avais repérées dans différents musées réels : les usager.e.s pouvaient donc visiter ce musée un peu étrange à leur guise – en tâchant de ne pas tomber dans les pièges !

  1. Recherche en histoire de l’art et création d’histoires pour twitter, comment as-tu eu l’idée d’associer les 2 ?

Les réseaux sociaux fonctionnent beaucoup à partir de l’image : les tweets comportant un media (image, vidéo, gif, sondage) sont plus susceptibles d’être lus, « likés » et diffusés (RT) que les tweets comportant uniquement du texte.

Or, en histoire de l’art et dans les musées, les images constituent notre base de travail – des curiosités les plus étranges jusqu’aux plus beaux chefs-d’œuvre. Produire du contenu culturel sur les réseaux sociaux me parait donc être une évidence !

Une partie du monde professionnel a d’ailleurs saisi cette chance : plusieurs musées ont compris qu’ils pouvaient toucher de nouveaux publics ou inventer de nouvelles méthodes de communication sur les réseaux sociaux sans que cela n’exige forcément un budget supplémentaire.

Je regrette personnellement que cette conviction ne soit pas plus largement partagée mais je constate avec plaisir que l’ouverture aux réseaux sociaux gagne du terrain même s’il y a encore beaucoup de travail à faire pour que doctorants, historiens d’art, chercheurs et musées investissent intelligemment ces espaces.

  1. Quelles thématiques as-tu développées jusqu’à maintenant ?

Illustration page Twitter Thread musées
Capture d’écran du premier Thread dont vous êtes le héros portant sur une visite de musée

L’idée d’une visite dans un musée insolite m’est venue assez naturellement pour le premier thread. Il s’agissait d’une expérience dont le but était largement d’amuser les usager.e.s et moi-même et j’ai choisi le thème que je maitrisais le mieux, à grand renfort de « private jokes » !

 

Illustration page Twitter Thread Gilgamesh
Capture d’écran du Thread dont vous êtes le héros sur l’épopée de Gilgamesh

Le deuxième thread portait sur l’épopée de Gilgamesh. Le fil est plus complexe et le ton moins potache, plus épique. Cela m’a permis de tester un format différent, plus long et m’obligeant à réécrire cette histoire plurimillénaire – ce qui n’a pas été une mince affaire.

 

Capture d'écran du Thread dont vous êtes le héros sur un astrologue
Capture d’écran du Thread dont vous êtes le héros sur une consultation chez un astrologue

Le nouveau thread que j’ai imaginé propose une consultation un peu loufoque chez un astrologue (Jean-Michel Nostradamusse) afin de proposer aux usager.e.s leur horoscope personnel. Le ton y est humoristique avec toujours des références culturelles et j’ai aussi encouragé les gens à participer en commentant et échangeant sous certains tweets.

Le point commun entre tous ces thèmes est que j’y mets à profit les études et les recherches que j’ai faites pendant des années : par conséquent ils comportent tous un contenu culturel très affirmé qui est apparemment très apprécié des joueuses et joueurs.

  1. S’agit-il selon toi de médiation patrimoniale ?

Je pense que c’est avant tout une forme de création et de communication qui peut s’adapter à des thèmes variés et à de nombreux domaines.

La médiation patrimoniale peut parfaitement se saisir de ce moyen que je trouve précisément adapté aux nouveaux besoins des établissements culturels. En effet, ce format mêle communication, diffusion des savoirs, aspect ludique, force des images et interactivité. À l’heure où on demande aux musées de se réinventer (je pense par exemple à la mission « Musées du XXIe siècle ») c’est un type de communication qui me parait pertinent et, en tout cas, que j’ai personnellement envie de continuer à explorer.

  1. Comment procèdes-tu pour écrire ces histoires puis les mettre en ligne ?

Après le choix d’un thème et d’un ton (thread léger, épique, court ou long…), je fais des recherches documentaires puis je m’attèle à l’écriture du scénario. Vient ensuite l’étape cruciale de l’architecture du récit, qui doit permettre le bon fonctionnement du jeu. Je passe aussi beaucoup de temps sur la recherche iconographique car, comme je l’ai précisé, les images sont essentielles. Lorsque tout est « dans la boîte », vient le moment de la publication des tweets. Afin de ne pas gâcher l’effet de surprise je publie en général très tôt dans la matinée et pour 9h mes abonné.e.s peuvent découvrir le thread.

L’aspect ludique de ces threads cache ainsi un travail conséquent en amont : chaque thread me demande entre 30 et 40 heures de travail au total. Si j’en produisais un par semaine ce serait l’équivalent d’un temps plein !

J’insiste sur le fait que ce procédé ne peut pas, à ma connaissance, être automatisé avec des outils comme Tweetdeck : je suis obligée de tout faire manuellement, avec des ajustements et des vérifications constantes. J’ai mis plus de 2h pour publier les tweets de mon premier thread et plus de 3h pour le deuxième !

Ces jeux sont donc le résultat de plusieurs heures de travail scientifique et créatif et – pour rassurer plusieurs ami.e.s qui m’ont incitée à préserver le fruit de mes efforts – ils sont d’ailleurs protégés au titre du droit d’auteur.

  1. Quels développements imagines-tu à partir de cette idée originale ?

Mes premiers threads m’ont permis d’explorer les possibilités de Twitter : j’aimerais tester de nouvelles formules portant sur la structure et les contenus afin de découvrir comment on peut améliorer ou faire évoluer ces jeux.

Capture d'écran du Thread dont vous êtes le héros sur la Mésopotamie
Capture d’écran d’un Thread dont vous êtes le héros

Ce qui m’intéresse plus particulièrement c’est la possibilité d’interaction avec les usager.e.s puisque j’aime beaucoup dialoguer et c’est pour moi ce qui fait tout l’intérêt de Twitter. J’aime assez l’idée de livrer une création au réseau social et de voir ce que les gens peuvent en faire. La dimension collective est importante même si souvent cette dynamique n’est pas facile à lancer.

Cela m’a surtout encouragée à être davantage présente sur les réseaux sociaux et à produire davantage de contenus, par exemple des fils à la structure plus classique mais avec un travail sur la façon de raconter, comme ici.

Je travaille sur un blog et je viens d’ouvrir une chaîne YouTube. Là encore le défi est de trouver un ton et un format qui incitent les publics à participer afin de créer un vrai espace d’échanges autour de thèmes qui me sont chers. Ce que j’aimerais particulièrement faire, c’est toucher un public large peu familier du monde des musées mais à la recherche de contenus de qualité touchant à la culture.

En bref, ces expériences sont à la fois le fruit et le moteur d’une réflexion sur la communication des connaissances et des goûts que je souhaite partager avec d’autres. C’est un phénomène qui a le vent en poupe actuellement : sur YouTube, les chaînes culturelles décalées comme celle de Manon Bril (C’est une autre histoire) ou de Muséonaute ont beaucoup de succès. C’est passionnant de découvrir de nouvelles manières de communiquer sur le patrimoine : ces perspectives sont un vrai challenge mais sont aussi très stimulantes !

  1. Quelles sont, selon toi, les limites de ce modèle ? (contenus publiés une fois pour toute, pas ou peu de retour des lecteurs/utilisateurs, etc.)

Les contraintes techniques comme la non-possibilité de correction sont justement ce qui pimente mon travail créatif : tout l’intérêt réside dans la capacité à prévoir et contourner ces difficultés ainsi qu’à mettre à profit le format spécifique de Twitter.

Une limite possible pourrait être l’effet de mode : passé la surprise du premier thread, les usager.e.s pourraient se lasser mais j’ai pour l’instant de très bons retours et beaucoup de gens m’en redemandent : l’accueil est vraiment sympathique et beaucoup prennent la peine de me remercier, c’est très gratifiant.

Une contrainte pesante est le temps que chaque thread nécessite : pour chaque jeu il me faut trouver 30 à 40 heures dans mon emploi du temps ce qui explique que je ne peux pas en produire un par semaine.

Toutefois, ce qui est le plus difficile pour moi en tant que doctorante, c’est de me forcer à raccourcir considérablement mon propos et de le faire avec humour sur un ton léger, parfois potache, sans avoir peur de frôler parfois le vulgaire. Pour quelqu’un qui est formé au discours académique, habitué à lire et produire des discours scientifiques argumentés, pointus, sourcés, c’est ce qui représente le plus gros défi.

En même temps c’est cette formule qui permet de toucher des gens qui ne se seraient pas forcément intéressés au thème abordé si on l’avait développé de manière plus sérieuse et détaillée. Attention, je ne veux pas dire qu’ils n’en seraient pas capables ! Au contraire plusieurs abonné.e.s m’ont ensuite posé des questions assez pointues sur des images ou des détails historiques et m’ont demandé si je pouvais leur parler davantage de Mésopotamie par exemple.

Mais nous avons toutes et tous des disponibilités très limitées dans notre quotidien et ces threads sont lus par les gens dans leur temps libre à un moment où ils ont besoin de décompresser. Notre cerveau a besoin de se détendre pour fonctionner correctement et je suis sûre que les moments de distractions sont justement parfaits pour attiser la curiosité et susciter les questions en toute liberté et sans contrainte. Je suis convaincue que, paradoxalement, le fait de toujours utiliser un ton sérieux et de produire des textes pointus n’est pas forcément ce qu’il y a de plus intelligent. Il y a un temps et un lieu pour tout.

C’est aussi ce qui fait tout l’intérêt de ce projet : moi, ça me force à sortir de ma tour d’ivoire et à prendre de la distance avec mes propres sujets d’étude. Il faut savoir casser les codes et s’amuser avec la culture ! S’il y a des gens qui jouent à ces threads juste par plaisir et non par intérêt pour la culture, je trouve ça formidable. Personnellement, mon activité sur Twitter est largement due à un besoin de divertissement, de créativité et de légèreté que je ne trouve pas forcément dans le cadre de mon travail de doctorat ou dans la réalité parfois rude du secteur professionnel culturel. Je suis ravie et enthousiaste des retours que l’on me fait sur mes modestes contributions, je me sens à la fois touchée et encouragée à poursuivre.

 

Propos recueillis le 25 mars 2018