Retour sur un temps fort des nouveaux formats narratifs : le festival Tomorrow’s Stories à Toulouse

La première édition du festival Tomorrow’s Stories s’est tenue à Toulouse du 17 au 21 octobre 2018.

Cette première édition a dans les faits commencé quelques jours plus tôt, tout d’abord avec une résidence d’écriture, puis la veille du 19 octobre avec la soirée d’ouverture, tous ces moments étant consacrés, comme ceux du festival, à la découverte artistique, narrative et collective.

Les différents volets du festival et leur succès auprès des publics interrogent, malgré les nuances à apporter en raison de la nouveauté de l’événement, sur la pertinence de leur tenue et sur la viabilité économique de tels dispositifs.

La résidence

Résidence d’auteurs, conférences thématiques, performance artistique, projections en salle d’œuvres interactives et innovantes suivies de temps d’échanges avec les professionnels, expérimentations de films en réalité virtuelle, cette première édition portait l’ambition de la polyvalence et de la diversité des formes, à l’image de celles des nouveaux médias narratifs.

Le festival a débuté dès mercredi 17 octobre avec la résidence d’accompagnement à l’écriture pour cinq auteurs sélectionnés sur dossier. L’idée de cette résidence était de donner l’opportunité à ces auteurs de bénéficier de l’accompagnement rapproché de spécialistes des nouveau formats narratifs  (Marie Berthoumieu, chargée de programme web d’Arte, et de Florent Maurin, auteur et fondateur de la société de production The Pixel Hunt), pour avancer dans l’écriture de leur projet.

Ces cinq porteurs de projets ont, après deux jours d’intense travail, présenté leur proposition narrative innovante à un public attentif d’une cinquantaine de personnes lors d’une séance de pitches, le meilleur d’entre eux étant récompensé par une formation INA.

La soirée d’ouverture

Le jeudi 18 octobre, juste avant l’ouverture au public du festival, s’est tenu la soirée d’ouverture durant laquelle, outre les traditionnels discours et buffet, les invités ont pu assister en exclusivité et en avant-première à à la performance de live painting de Wesley Allsbrook, directrice artistique, co-auteure et/ou animatrice de deux films en réalité virtuelle programmés au festival (Dear Angelica et The Sun Ladies). La performance a été suivie d’un temps d’échanges avec l’artiste et, d’expérimentation de son outil de live painting.

Wesley Allsbrook, artiste, directrice artistique et auteure invitée au festival Tomorrow's Stories, lors de la soirée d'ouverture, peu avant une performance de livre painting en réalité virtuelle
Wesley Allsbrook, artiste, directrice artistique et auteure invitée au festival Tomorrow’s Stories, lors de la soirée d’ouverture, peu avant une performance de live painting en réalité virtuelle
© Frédéric Daubagna  / Aestetype / Les Storygraphes 2018

Les conférences

Pour favoriser dialogue et les échanges entre mondes académiques et professionnel ainsi qu’à destination du grand public, le festival a accueilli un cycle de conférences, inauguré par un Réveil créatif dès vendredi 19 octobre à 8h30, et poursuivi toute la journée.

Sylvain Sarrailh alias Tohad pendant le Réveil Créatif dans le cadre du festival Tomorrow's Stories
Du retour d’expérience de Sylvain Sarrailh, dit Tohad, directeur artistique dans le jeu vidéo chez Ubisoft, DreamWorks, Oculus, etc. qui a réuni plus de 180 personnes, à la table ronde traitant de la conservation et de l’archivage des nouveaux formats, la journée fut dense.


Conférence de Claire Chatelet, maîtresse de conférence à l’université Paul Valéry de Montpellier
Conférence introductive de Claire Chatelet, maîtresse de conférence à l’université Montpellier 3
© Frédéric Daubagna / Aestetype / Les Storygraphes 2018

La conférence introductive de Claire Chatelet, maîtresse de conférence à l’université Paul Valéry de Montpellier, a ouvert, par un retour historique et critique, des pistes de réflexion sur les créations contemporaines, leur dimension “innovante” et leur opérabilité notamment, ce que la séance de pitches des participants à la résidence a illustré de cas pratiques, bien qu’encore en cours d’écriture.

Puis, l’étude de cas de La Barricade, développée par les co-producteurs Laurent Duret et Amandine Collinet a permis d’exposer les problématiques propres à une diffusion sur twitter d’épisodes vidéo, heure après heure, relayée par différents acteurs ; cette intervention a également abordé les contraintes d’écriture inhérentes au dispositif de diffusion.

Dans la continuité de la réflexion sur l’écriture, certes, mais aussi sur les implications sociétales nombreuses des nouvelles technologies, Benoît Renaudin, designer, journaliste et chercheur à l’IRMAS (Institut de Recherche en Musique et Arts de la Scène – Lausanne, Suisse), a présenté le design fiction, cette pratique qui vise à se projeter dans le futur et ses usages, tout en invitant à adopter une posture critique face à la création et aux technologies en général.

Table ronde sur les enjeux de la conservation des nouveaux formats narratifs avec, de gauche à droite : Francesca Bozzano (cinémathèque de Toulouse), Simon Bouisson (auteur interactif), Hélène Bettembourg (INA sud-ouest), Laurent Duret, producteur (Bachibouzouk)
Table ronde sur les enjeux de la conservation des nouveaux formats narratifs avec, de gauche à droite : Francesca Bozzano (cinémathèque de Toulouse), Simon Bouisson (auteur interactif), Hélène Bettembourg (INA sud-ouest), Laurent Duret, producteur (Bachibouzouk)
© Simon Lambert / Les Storygraphes 2018

Enfin, la journée s’est clôturée par une table ronde réunissant Francesca Bozzano (cinémathèque de Toulouse), Hélène Bettembourg (INA), Simon Bouisson, auteur interactif, Laurent Duret, producteur (Bachibouzouk), tous acteurs de la valorisation des nouveaux formats narratifs et impliqués, chacun à leur niveau, dans l’archivage des contenus et dispositifs en vue de leur conservation et de leur valorisation future. Si les échanges n’ont pas permis d’aboutir à un consensus sur les mesures à adopter afin d’assurer une conservation plus pérenne, il est apparu que la question du financement des dispositifs de conservation comme du stockage des données était au cœur des questionnements, de même que la nécessité d’adapter les missions de chacun de ces acteurs à l’évolution du contexte de production, technologique comme économique.

La salle de conférences, dans la librairie Ombres Blanches Langues étrangères
La salle de conférences
© Simon Lambert / Les Storygraphes 2018

La salle de conférences, dans la librairie Ombres Blanches Langues étrangères

Les séances en salle

La tenue du festival Tomorrow’s Stories concrétise la volonté des Storygraphes de recréer du collectif autour des nouvelles œuvres cinématographiques, qu’il s’agisse de fictions interactives  destinées au web (WEI or Die), de créations interactives telles que le web documentaire (Do Not Track), ou de film interactif conçu pour le cinéma (Late Shift). Étaient également présentées une websérie (La Barricade) et des bandes dessinées numériques (Phallaina, Panama Al Brown), ainsi que de la réalité virtuelle (The Sun Ladies).

Aussi, le festival Tomorrow’s Stories a eu l’honneur de recevoir Wesley Allsbrook, qui a travaillé sur deux films en réalité virtuelle présentés au festival (Dear Angelica et The Sun Ladies) et qui a réalisé pour le public des performances de live painting en réalité virtuelle.

Le festival comprenait des séances en salle pour expérimenter ensemble des créations audiovisuelles et technologiques mêlant narration, création et interactivité. Au total, sept séances différentes étaient organisées dans une salle du cinéma Gaumont Wilson, de 10h à 23h30 les vendredi 19 et samedi 20 octobre. Les séances étaient précédées d’une présentation de l’œuvre  par un membre des Storygraphes et la plupart étaient suivies d’un temps d’échanges avec un.e représentant.e de l’équipe de production, voire l’auteur de l’œuvre présentée.

De cette façon, si Wesley Allsbrook a répondu aux questions et commentaires du public après ses performances, Laurent Duret, producteur de Panama Al Brown et La Barricade, a également, en compagnie d’Amandine Collinet, productrice à l’INA pour La Barricade, répondu présent. Simon Bouisson, auteur de WEI or Die a aussi joué le jeu, en profitant pour présenter en avant-première des extraits de son projet encore en production : République.

Pendant la projection de Wei or Die, de gauche à droite : Annelyse Vieilledent (les Storygraphes), Léa Ducré (assistante de production), Simon Bouisson (auteur)
Pendant la projection de Wei or Die, de gauche à droite : Annelyse Vieilledent (les Storygraphes), Léa Ducré (assistante de production), Simon Bouisson (auteur)
© Simon Lambert / Les Storygraphes 2018

Aussi, cette première édition du festival Tomorrow’s Stories a été l’occasion pour les Storygraphes de déployer, en partenariat avec Cinétévé, producteurs de WEI or Die et Aestetype, un dispositif permettant un vote en temps réel du public pendant la projection de WEI or Die. Ce dispositif expérimental de diffusion répond à l’ambition des Storygraphes d’être eux aussi concepteurs d’innovations . Il vise à être réutilisé pour d’autres projets, dans des configurations similaires ou non.

Au total, les Storygraphes peuvent se féliciter d’avoir totalisé plus de 300 entrées en salle durant les deux jours du festival.

Les storyboxes

Le temps du festival a également mis à l’honneur la réalité virtuelle dans ses développements en animation (Age of sail, Piggy, Sonaria, Dear Angelica), en documentaire (The Sun Ladies, The Real Thing), en fiction linéaire (Les falaises de V.) ou interactive (Immersive Mugshot) ou dans un genre hybridant ces précédentes catégories (i. e. : Notes on Blindness qui mêle animation, documentaire et interactivité).

Six postes de visionnage étaient disponibles : un casque Oculus rift, un HTC Vive, et quatre Samsung gears, ces derniers étant localisés dans un espace commun afin de favoriser des séances simultanées du même film pour les spectateurs. Ces trois espaces de visionnage constituaient les storyboxes.

Les membres des Storygraphes étaient présents pour accueillir les spectateurs, les guider dans l’installation et le lancement du film et pour recueillir leurs impressions et échanger avec eux à l’issue du visionnage.

Hervé Marcé (les Storygraphes) accueillant une spectatrice dans la storybox et l'aidant à installer le casque de réalité virtuelle et le casque audio
Hervé Marcé (les Storygraphes) accueillant une spectatrice dans la storybox
© Simon Lambert / Les Storygraphes 2018

Pour ces deux jours de festival, la sélection de films en réalité virtuelle effectuée par les Storygraphes était éclectique afin de pouvoir, d’une part, s’adresser à tous les publics, et d’autre part montrer la diversité des créations, quel que soit leur genre.

Au total, les storyboxes ont accueilli plus de 200 chiffres à valider  spectateurs en deux jours pour des séances de 30 minutes permettant de visionner, en fonction de leur durée et des supports de diffusion, un ou deux films.

Le temps du festival a également permis d’acter la collaboration entre les Storygraphes et des chercheurs en sciences de l’information et de la communication de l’équipe GRECOM-Mediapolis du LERASS à Toulouse. Cette équipe de sept chercheurs sont venus expérimenter les storyboxes afin d’entamer un travail d’observation et d’analyse de la réception de ce dispositif de diffusion et de la réalité virtuelle.

Conclusion

Ainsi, la première édition du festival Tomorrow’s Stories constitue une expérience à large échelle de démocratisation des nouveau formats narratifs. La fréquentation, satisfaisante pour une première édition, ne dispense pas de réfléchir à ce qu’implique le renouvellement de la manifestation, au vu notamment de l’investissement demandé auprès d’organisateurs majoritairement bénévoles. Toutefois, le succès et les encouragements reçus par les organisateurs, tant de la part du public que des partenaires, laissent espérer que les institutions sauront reconnaître l’intérêt de tels événements et de leur accessibilité au plus grand nombre.

Panama Al Brown

Vignette Panama Al BrownTitre : Panama Al Brown

Date de sortie : Mai 2018

Dates de mise à disposition du public : Mai 2018

Auteure de la version numérique : Camille Duvelleroy

Coproducteurs : Bachibouzouk / Éditions Sarbacane

Développeur : Novelab/audiogaming

Forme : Bande dessinée numérique augmentée, disponible en webapp puis en stories sur Instagram

Dispositif :

  • Application interactive pour téléphones et tablettes
  • La bande dessinée Panama Al Brown est publiée aux Editions Sarbacane depuis le 6 septembre 2017
  • Documentaire de 52 minutes en développement

Synopsis : « Panama Al Brown, l’énigme de la force raconte l’histoire d’un fabuleux boxeur, champion du monde des poids plume qui détestait la boxe.

Il défraya la chronique parisienne de 1926 à 1938.

Cette histoire, nous la racontons dans une bande dessinée interactive mêlant fiction et documentaire.

Panama Al Brown est un maître incontesté de son art mais il hait la boxe.

Musicien talentueux, amateur de champagne et d’opium, il s’entraîne rarement. Homosexuel dans un milieu où la virilité affichée est la norme, jeune noir en Amérique dans la première moitié du 20ème siècle, c’est un homme seul qui affronte un destin exceptionnel. » (source : https://www.panamaalbrown.com/)

Lien : https://www.panamaalbrown.com/