Glossaire

Liste alphabétique de termes et d’expressions propres au domaine des nouvelles narrations (en cours de constitution).

Narration

« Faits et manières de raconter une histoire »

« Narratologie. Faits et manières de raconter une histoire, par opposition à cette histoire elle-même (l’ensemble des contenus narratifs, la “fable” au sens des formalistes russes) et au récit (le discours qui raconte l’histoire, le “sujet” des formalistes). La narration est un acte, réel ou fictif, qui produit le récit.

Dans une œuvre de fiction […], il existe des fragments de narration confiés à certains personnages, qui racontent un bout de l’histoire ; mais généralement, la narration est attribuable à une instance plus abstraite, que l’on a parfois personnifiée […]. Ce narrateur abstrait est distinct de la personne de l’auteur, et le récit moderne a beaucoup démultiplié et varié la relation entre les deux. »

Source : AUMONT, Jacques. Dictionnaire théorique et critique du cinéma. S.l.: COLIN, 2016, 328 pp., p. 185.

On distingue différents types de narration (cf. MAURIN, Florent. « Les différents types de narration », in BOLE, Nicolas, Cédric MAL, Michel AGNOLA, Sacha BOLLET, Justine BRISSON, et David DUFRESNE. Le webdoc existe-t-il ? Paris, Le blog documentaire, 2014, 607 pp., pp. 77-89)

« la narration linéaire »

La narration linéaire se déploie sur des supports de diffusion de tous types, dans l’ héritage classique des romans, essais, films, etc. Le déroulement laisse place au doute et provoque une « sensation de saturation cognitive » moindre car il ne perd pas le spectateur dans un trop plein d’informations. Pour l’auteur, la narration linéaire implique maîtrise arc narratif et argumentation plus aisée de la construction.

Dans le cadre de nouvelles narrations, la narration linéaire présente des limites car elle n’exploite pas les avancées technologiques et peut créer une tension entre la possibilité de zapper et l’obligation de respecter la linéarité de l’intrigue.

« La narration concentrique »

La narration concentrique propose une interface centrale comme porte d’accès vers des modules complémentaires disponibles à la consultation.

Son architecture offre de la simplicité pour l’auteur mais la difficulté réside dans la hiérarchisation des contenus et le fléchage à destination du spectateur. La narration concentrique ne permet pas d’ordonner les choix et la responsabilité est transférée à l’utilisateur.

Elle procure donc une sensation de saturation cognitive, liée à la possibilité d’un sentiment de perte d’informations ou de passer à côté de quelquechose d’essentiel.

« La narration en élastique »

La narration en élastique propose une histoire principale avec des décrochages.

Elle s’accompagne d’une bonne maîtrise de l’arc dramatique mais présente le risque d’offrir trop d’informations et donc de faire retomber l’utilisateur dans une consultation linéaire.

« La narration à embranchements »

La narration à embranchements est construite par des choix sans retour en arrière possible. Elle est donc caractérisée par un haut degré d’interactivité et génère un sentiment d’ « agency » autrement dit de contrôle sur le déroulement de l’expérience interactive. L’utilisateur se sent impliqué dans l’histoire par ses choix.

Si elle est complexe à mettre en place pour l’auteur, la narration à embranchements ne s’accompagne pas d’un trop plein d’informations car le spectateur ne voit qu’une seule version de l’histoire.

La réalisation d’une histoire adoptant ce type de narration présente un prix élevé en raison de la multiplication des séquences.

« La narration en parallèle »

La narration en parallèle constitue un compromis entre puissance interactive d’une narration à embranchements et pouvoir dramatique d’une structure linéaire. Elle présente un récit structuré autour d’une colonne vertébrale du récit, quelque soient les choix opérés.

À l’issue de ce type de narration, il est intéressant de donner à l’internaute un pourcentage comparatif des choix opérés par les autres.

« La narration en canaux »

Dans la structure narrative en canaux, il s’agit de séparer le récit en points de vue et de permettre à l’utilisateur de décider du protagoniste qu’il veut accompagner dans sa perception des évènements. Ces différents récits peuvent avancer avec ou sans influence les uns sur les autres.

Ce type de structure impose la réalisation de plusieurs séquences entre lesquelles le spectateur peut naviguer.

Webdocumentaire

  • un documentaire réalisé en vidéos, en bandes sons, en textes et en images
  • dont la scénarisation tient compte de l’interactivité
  • et dans la fragmentation des récits
  • et dans l’interface graphique
  • qui s’insère dans un dispositif personnalisant la communication avec l’internaute (réseaux sociaux, commentaires, etc.).

Source : BROUDOUX, Évelyne. « Le documentaire élargi au web ». Les Enjeux de l’information et de la communication, no 12/2 (2011): pp. 25‑42. (en ligne)