Webséries en série et en salle : de la série à la séance de cinéma… en mieux ?

Si la pratique du binge watching (qui consiste à enchaîner les épisodes d’une série) s’applique aux visionnages domestiques, en solitaire, en couple ou entre amis tout au plus, elle peut aussi être proposée en salle et en public !

Si la pratique du binge watching (qui consiste à enchaîner les épisodes d’une série) s’applique aux visionnages domestiques, en solitaire, en couple ou entre amis tout au plus, elle peut aussi être proposée en salle et en public !

Et c’est ce qui a été proposé le mois dernier à Toulouse, où, à l’occasion du festival La Vérité est ailleurs, la première saison de la série Terreur 404 a été intégralement présentée au public, en présence de son co-auteur William S. Messier. Cette séance a permis de découvrir la série dans des conditions optimales voire inédites et, en outre, d’en appréhender les ressorts narratifs d’une façon unique.

Un dispositif cinématographique au service de la série

Pour info : Terreur 404 est une série québécoise non feuilletonante (et donc anthologique) co-produite et diffusée sur la chaîne web de Radio Canada, réalisée par Sébastien Diaz et co-écrite par William S. Messier et Samuel Archibald. Elle a été diffusée au printemps 2017 au Canada et en automne 2018 en France. Une deuxième saison a été produite et diffusée au Canada.

La première saison comporte 8 épisodes d’une durée de 8 à 13 minutes. Les projeter en continu, génériques de début et de fin compris, correspond ainsi à la durée d’une séance de cinéma, mêlant le principe des courts-métrages à l’unité de style inhérente à la série.

En effet, le principe de série en série plonge pleinement les spectateurs dans l’univers du récit et permet de rendre saillants certains détails qui trament subtilement l’ensemble des épisodes entre eux. Il permet d’abolir le temps morcelé du visionnage entre deux activités ou en attendant la suite et de reprendre le temps de regarder, d’écouter, de se laisser porter par une histoire, par des histoires. Dans le cas de Terreur 404, si l’attrait de la série réside dans son genre (horreur), dans sa thématique (les technologies) et dans le ton morbido-humoristique qui amuse et hérisse à la fois, c’est la juxtaposition de récits a priori indépendants qui révèle finalement leur appartenance au même univers narratif. Les comédiens ne sont pas les mêmes, les lieux semblent distincts les uns des autres, et pourtant, certains motifs sont récurrents ou repris d’un épisode à l’autre. Il va ainsi de la marque informatique par exemple… fabricant de matériel numérique, d’appareils de surveillance et de visionnage médical…

De cette façon, à la dimension événementielle de la projection en salle, sur grand écran et avec un dispositif de diffusion sonore professionnel, s’ajoute l’effet d’accumulation de l’enchaînement des épisodes qui permet aux spectateurs de s’imprégner au mieux des contenus narratifs.

Spectateurs de série en salle : une montée en puissance de l’expérience

Visionner une série en salle est une chose, mais visionner Terreur 404 au milieu d’autres spectateurs en est certainement une autre !

Car chacun des épisodes ne peut laisser indifférent. Et dans la salle, le rythme de chaque opus composait une partition aux variations marquées. Le ton parfois sarcastique voire humoristique poussait bien à sourire, mais les moments de suspense généraient une tension palpable qu’amplifiait jusqu’à l’angoisse les scènes plus trashs. Certains sursautaient, d’autres soupiraient et se couvraient les yeux (voire se bouchaient les oreilles) pour ne pas subir ce qu’il se passait à l’écran, allant même jusqu’à tressaillir et à crier d’effroi ; aussi, un soupir collectif, soulagement certain, à la fin de chaque épisode… Ce répit était bref cependant tant l’enchaînement systématique propre au binge watching relance inexorablement la machine… jusqu’à épuisement des ressources narratives de la saison.

Une projection riche en sensations, ressenties et partagées au hic et nunc de la séance, ce que le visionnage à domicile ne peut sans doute offrir avec une telle ampleur.

Le collectif et la présence de l’auteur

La séance, en présence du co-auteur William S. Messier, a été suivie d’un échange avec le public. Il a permis de mieux comprendre le contexte de production de la série et le processus d’écriture des deux co-auteurs.

Inspiration, choix des thématiques, détermination des personnages… William S. Messier a répondu sans tabou aux questions du public. Ainsi, tout (ou presque) fut explicité : l’idée initiale, la collecte d’éléments narratifs, la sélection et l’organisation du récit, le travail en équipe, les liens et échanges avec la production pour se conformer aux contraintes de coût et d’organisation… Et les spectateurs de repartir satisfaits, divertis (effrayés ?) et informés sur le projet, sa narration, son esthétique et ses caractéristiques caractéristiques.

Pour conclure, la séance de binge watching de la série Terreur 404, en présence d’un membre de l’équipe de réalisation et suivie d’un échange avec a permis de découvrir le projet dans de très bonnes conditions (dispositif de diffusion cinématographique), de se laisser porter par l’histoire en s’immergeant ensemble dans son univers et de comprendre, ensuite, les contraintes et enjeux ayant présidé à certains choix de réalisation.

Pour le public en somme, un triple gain : de confort, d’expérience et de connaissance, offrant aux séries, grâce à l’émergence des accès en ligne aux saisons de séries, décorrélés de leur seule diffusion télévisuelle régulièrement programmée, de nouvelles et riches formes de diffusion.

Photographie William S. Messier (co-scénariste) et Annelyse Vieilledent (Les Storygraphes)
Photographie William S. Messier (co-scénariste) et Annelyse Vieilledent (Les Storygraphes) pendant l’échange qui suivit la projection