On/Off

Visuel On/Off

Titre : On/Off

Date de sortie : 2018

Réalisatrices : Isabelle Foucrier et Camille Duvelleroy

Auteure : Isabelle Foucrier

Producteur : Laurent Duret, Bachibouzouk

Durée : 10’51

Support(s) : Casques VR Samsung Gear

Synopsis :

«  En France, on ne meurt plus chez soi mais à l’hôpital, et bien souvent en réanimation.

Pourquoi là ? Parce que cette discipline, hautement technicisée, concentre les derniers espoirs de notre civilisation qui ne veut plus mourir. Les soignants de réanimation, pourtant formés à sauver la vie, sont en passe de devenir les croque-morts de notre société..

En mettant en scène leur parole, leur quotidien et le décor dans lequel tout cela se déroule, notre documentaire raconte la difficile confrontation avec la fin de vie par ceux qui la gèrent tous les jours : les médecins, les infirmiers, les aides-soignants, les étudiants.

N’avez-vous jamais dit à un médecin : «Franchement, je ne sais pas comment vous faites» ? Ce documentaire a décidé de leur poser la question : «Comment faites-vous ?»

À travers leurs confessions, leurs rêves, leurs réflexions éthiques ou médicales, on découvre les multiples questions auxquelles les soignants hospitaliers sont confrontés : quand la vie ne tient qu’à un fil, où s’arrête le traitement raisonnable et où commence l’acharnement ? Est-ce qu’on s’attache au patient ? Quelles armes aident à affronter son décès ?

Dans cette expérience, le spectateur est en marge de la scène, il observe ce qu’il se passe. Au fur et à mesure qu’il découvre le service, ses enjeux et ses personnages, une question résonne de plus en plus clairement : «Et moi, qu’est-ce que je souhaite pour ma propre fin ?»

Cette question, nous la posons simplement et sobrement à la fin de notre expérience. Dans une adresse directe au spectateur, nous le replaçons au coeur de notre dispositif et nous lui laissons le temps d’y penser, calmement.

Tout le monde le sait bien, la vie n’aurait aucun sens si elle ne s’achevait pas un jour. Pourquoi, dans nos sociétés occidentales, chacun refuse d’appréhender sa mort ? Pourquoi la remettons-nous aux mains désinfectées des réanimateurs et à leurs respirateurs artificiels ?

Par cette immersion dans le nouveau décor technique de la mort, ce documentaire universel souhaite rappeler, doucement, que la mort, avant d’être un fait médical, est aussi une expérience philosophique. Elle est l’événement ultime, celui qui structure l’existence. »


Auteur : Valentine Châtelet

Valentine Châtelet est docteure en histoire de l'art, qualifiée en sciences de l'information et de la communication. Elle travaille sur la rencontre du patrimoine, de l'audiovisuel et des nouvelles technologies ainsi que sur la médiation patrimoniale et la mise en narration via les nouvelles technologies. Valentine Châtelet est rattachée au laboratoire Framespa de l'université de Toulouse 2 et chercheure associée à l'équipe MICS du LERASS, université Toulouse 3.