Le projet Arte trips : de la vidéo en 360° aux biens symboliques

Capture d'écran ARTE TripsLe projet Arte Trips propose une série de vidéos en 360° sur l’art pictural. Les vidéos sont en ligne sur le site d’Arte 360 et visionnables sur écran ou dans un casque de réalité virtuelle. Elles sont consacrées à une œuvre (Les Noces de Cana de Véronèse, Les Ménines de Velasquez, La Tentation de saint Antoine de Jérôme Bosch) ou à un artiste (Le voyage intérieur de Paul Gauguin). La série comprend actuellement quatre vidéos et sera prochainement enrichie (Le cri d’Edward Munch).

Ces créations, comme l’indique le sous-titre « appréciez l’art de manière immersive », mettent en scène des œuvres d’art classiques en en proposant une interprétation dans un dispositif immersif. Elles exploitent les nouveaux médias (vidéo 360°, réalité virtuelle, web) et interrogent de fait l’apport des nouvelles technologies à la médiation culturelle et de l’art.

Ce billet propose une analyse du dispositif et des contenus créés autour des œuvres, de leur dimension narrative ainsi qu’une réflexion sur la portée symbolique de ces nouvelles formes audiovisuelles.

 

Création d’un univers immersif

Les univers en trois dimensions créés pour ces films en 360° proposent une exploration des tableaux et/ou de l’univers pictural des peintres : trois des films sont consacrés à un seul tableau (Les noces de Cana, Les Ménines, La Tentation de saint Antoine) et l’un d’eux (Le voyage intérieur de Gauguin) consiste en un parcours dans l’œuvre du peintre à travers treize de ses toiles. De là émergent deux façons d’organiser la visite virtuelle.

Dans le premier cas, le spectateur est plongé au cœur de la scène peinte en deux dimensions par l’artiste, ici rendue en 3D et augmentée de scènes illustrant le propos d’interprétation. Au début de chaque film, la caméra est à l’extérieur du tableau et c’est par un travelling avant qu’elle entraîne le spectateur au cœur des œuvres et du processus même de création. Dans la reconstitution en 3D du tableau, le spectateur découvre l’envers du décor, les personnages sont contournés, montrés sur leur envers, certains éléments sont mis en valeur par des faisceaux lumineux ou des zooms et les décors sont augmentés d’éléments non originaux et même animés (Les Ménines, La Tentation de saint Antoine, Les noces de Cana).

Dans le second cas, concernant le film consacré à l’œuvre de Paul Gauguin, le spectateur est un visiteur qui déambule dans un espace aérien que peuplent successivement treize tableaux du peintre (voir la liste des “œuvres de référence” dans le générique de fin du film) qui se composent et se décomposent sous ses yeux.

L’exploration est donc proposée tantôt dans un espace construit sur la base de l’œuvre originale peinte et tantôt comme une déambulation despatialisée entre des tableaux d’un peintre.

Quant à la bande son, elle est toujours composée d’un commentaire en voix off accompagné d’ambiances sonore et musicale. Dans trois des films de la série, le commentaire audio est un récit à la première personne. Sur le mode de la prosopopée, le propos a soit été écrit pour la circonstance et est attribué au peintre lui-même (Diego Velasquez, Paul Véronèse) ou composé d’extrait de ses écrits ou d’entretiens (Paul Gauguin). Dans le film La Tentation de saint Antoine de Jérôme Bosch, la narratrice omnisciente décrit le tableau, sa composition et les intentions du peintre à la troisième personne. Dans tous les cas, il s’agit d’un discours d’interprétation de l’œuvre mise en scène en 360°. Le vocabulaire employé est simple, accessible au plus grand nombre et le propos est construit de façon à accompagner le visiteur dans sa découverte visuelle.

Dimension narrative documentaire

Ces productions audiovisuelles en 360° et en 3D sont des créations traitant d’un sujet artistique en les enrichissant d’une composition complémentaire et d’un commentaire audio. Ce dernier explicite la composition de la scène originale et du contexte de production des toiles.

L’essence même des œuvres originales est transformée car elles sont ici utilisées comme sujet et base d’une recréation. Ainsi, si l’art pictural est un art en deux dimensions qui s’appréhende visuellement et de façon frontale, il devient dans le projet Arte Trips le sujet d’une création tridimensionnelle et audiovisuelle, plongeant le visiteur dans un espace circulaire et qui dépasse le seul cadre du tableau. La complémentarité du commentaire et des images démontre que ces films poursuivent un objectif : la médiation de connaissances sur l’art.

Le commentaire audio en voix off, même s’il adopte la forme de la prosopopée, est descriptif et pédagogique. La narration est celle d’une fiction documentaire. Les propos, même prêtés à l’artiste, sont conformes à une réalité historique scientifiquement établie. Par exemple : dans Les noces de Cana, le commentaire révèle l’identité des musiciens qui figurent le peintre lui-même et quelques-uns de ses amis ou dans Les Ménines de Velasquez, le commentaire fait état de la relation amicale entre Vélasquez et la famille royale espagnole, faits attestés par ailleurs1.

Ce n’est pas l’esthétique des tableaux qui est ici explicitée mais ce qu’ils représentent, les figures et les lieux, en lien avec leurs contextes de production respectifs. Il ne s’agit pas à proprement parler de médiation de l’art pour lui-même, d’une invitation au décryptage de ce qui suscite l’admiration, mais d’une approche documentaire sur ce qui entoure l’œuvre.

Et le propos se cantonne au contexte de production car les lieux actuels de conservation des tableaux ne sont jamais mentionnés. Dans ces films, les tableaux sont exploités comme contenus culturels par les technologies de vidéo à 360° et non valorisés en vue d’inviter les spectateurs à une contemplation in situ et « in real life ». Chacun des films en 360° et en réalité virtuelle du projet Arte trips créé un univers autour d’une œuvre d’art et de son contexte de création, de façon autonome par rapport à la situation contemporaine de cette œuvre.

Par conséquent, les œuvres sont saisies pour leur appartenance au domaine de l’art et non comme objets d’une valorisation patrimoniale.

Médiation sur l’art, industries créatives et biens symboliques

Dans le projet Arte Trips, la vidéo à 360° et la réalité virtuelle – technologies récentes ici appliquées à la médiation de l’art des contenus culturels traitant d’un sujet artistique sont créés, en mobilisant des technologies innovantes, et destinés à une diffusion à grande échelle sur internet. De cette façon, Arte trips s’inscrit dans le champ des industries culturelles et créatives, modélisées en cercles concentriques : au centre se trouvent les œuvres d’art et les objets de patrimoine, encerclés successivement par les industries culturelles, les industries créatives avec notamment le graphisme et enfin des industries liées avec les technologies informatiques et de réseau2.

En tant que biens culturels, ces films en 360° et/ou destinés à des casques de réalité virtuelle obéissent au principe d’incertitude quant au succès qu’ils rencontreront3. Cette incertitude, écrit Pierre Mœglin, « touche la création, la production, mais aussi la consommation, car il s’agit de produits “d’expérience” ». Ici, les dispositifs technologiques conditionnent l’existence du contenu culturel, de sa réalisation à sa diffusion et à sa réception, donc à sa consommation. Ses usages sont en outre récents et il propose également une expérience, si bien que la dimension technologique d’Arte trips renforce l’incertitude propre aux biens culturels « traditionnels ».

Par ailleurs, la notion de biens symboliques décrit que les biens culturels véhiculent un coefficient d’imaginaire et qu’un transfert de valeur permet d’associer à des produits/techniques/secteurs non culturels une qualité qu’ils ne possèdent pas a priori4. De cette façon, le sujet artistique traité confère une valeur symbolique au bien culturel dont la composante technologique profite. Autrement dit, pour les technologies récentes comme la vidéo à 360° et la réalité virtuelle, la valeur symbolique des contenus qu’elles véhiculent a des retombées sur la représentation de ces technologies. Soit ici : le traitement de sujets artistiques permet d’associer à la vidéo à 360° et à la réalité virtuelle une forte valeur symbolique si l’on considère – à la suite des sociologues de la culture tels que Pierre Bourdieu et Nathalie Heinich – l’art classique comme une référence de qualité voire comme la plus haute.

Cette série d’Arte Trips comprend à ce jour quatre films construits sur des modes narratifs similaires. Ce projet s’inscrit dans la création contemporaine des industries culturelles et créatives et s’appuie sur la valeur artistique des sujets mis en scène via les technologies innovantes. Il questionne l’apport des technologies à la médiation de l’art plus que patrimoniale, dans une visée contemplative et non seulement documentaire. Les moyens ici déployés (la vidéo en 360° et la réalité virtuelle) proposent au spectateur/usager une exploration immersive des œuvres et relève bien de l’expérience sensible en plus de la médiation de connaissances.

PIGNATTI, Terisio, « VÉRONÈSE (1528-1588) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/veronese/ ; GERARD-POWELL, Véronique, « VELÁZQUEZ DIEGO – (1599-1660) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 mars 2018. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/velazquez-diego-1599-1660/

SANTAGATA, Walter. « White paper on creativity Towards an Italian model of development », 2009, 401 pp.

3 MOEGLIN, Pierre, « Des modèles socio-économiques en mutation », in BOUQUILLION, Philippe, et Yolande COMBÈS, éd. Les industries de la culture et de la communication en mutation. Questions contemporaines. Paris: L’Harmattan, 2007, 265 pp., pp. 151-152.

BOUQUILLION, Philippe, Bernard MIEGE, et Pierre MOEGLIN. L’industrialisation des biens symboliques: les industries créatives en regard des industries culturelles. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble, 2013, 252 pp.


Auteur : Valentine Châtelet

Valentine Châtelet est docteure en histoire de l'art, qualifiée en sciences de l'information et de la communication. Elle travaille sur la rencontre du patrimoine, de l'audiovisuel et des nouvelles technologies ainsi que sur la médiation patrimoniale et la mise en narration via les nouvelles technologies. Valentine Châtelet est rattachée au laboratoire Framespa de l'université de Toulouse 2 et chercheure associée à l'équipe MICS du LERASS, université Toulouse 3.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.